Rhombe (Bullroarer)

rhombes bull-roarers

Instrument australien, classé dans les aérophones, c'est également un objet rituel.

Instrument australien : définition et description du rhombe

En anglais bull-roarer, le rhombe est un instrument à air primitif, constitué d’une planchette de corne, de bois, d’os ou de métal de forme oblongue, au contour parfois dentelé, attaché aux doigts ou à un manche par une cordelette. On le fait tourner au dessus de la tête ou sur le côté, ce qui fait vibrer l’air et crée un vrombissement. Considéré avant tout comme un instrument australien, il est également connu et utilisé un peu partout dans le monde.

André Schaeffner (1895-1980), ethnomusicologue, définit le rhombe comme aérophone à air ambiant c'est à dire que l'air mis en vibration est l'air situé autour de l'instrument (Origine des instruments de musique, Mouton Editeur, Paris, 1968).

La fonction principale de l’instrument est liée aux cérémonies rituelles; sa sonorité rugissante a été comparée à celle du vent, du tonnerre, aux cris des dieux, des esprits ou des ancêtres.

Le rhombe à travers les âges


rhombe Lalinde

photo 98-019980 n° inv. MAN74482 du Musée d'Archéologie Nationale de Saint-Germain-en-Laye

Le plus ancien exemplaire serait l'objet trouvé lors de fouilles (1927) de la grotte de la Roche à Lalinde en Dordogne et daté du Magdalénien supérieur (entre 17000 et 12000 ans BP).

Façonné dans du bois de renne et orné de motifs gravés, il est percé à une extrémité. Long de 16 cm et large de 3.4 cm, il ressemble fortement aux rhombes bien connus en Australie par exemple. On peut supposer, sans en être totalement sûr, qu'il s'agit bien d'un rhombe.


Dans l'antiquité, de nombreux récits font référence aux rhombes qui sont principalement liés aux pratiques magiques ou de sorcellerie.

notes et traduction par M. Delongchamps (1802) des Elégies de Properce (poète latin, c. 47 av JC- c. 16 av JC)


Ces instruments servent également pour le jeu et sont devenus des objets de la vie courante. Des témoignages attestent, par exemple, de leur utilisation par des bergers, dans les Landes ou la Charente (voir ce document pdf) pour effrayer les loups ou bien encore dans les Pyrénées pour effrayer les ours.


rhombe basque

Le rhombe en Australie

EN AUSTRALIE, les rhombes (appelés Tjuringa ou Churinga) sont des pièces de bois allongées et plates, gravées, peintes (ou les deux) sur les deux faces de dessins sacrés. Ils sont utilisés par de nombreuses tribus pour avertir les non-initiés du déroulement d'un rituel sacré.

Voir (entre autre) : Testart Alain. Des Rhombes et des tjurunga. La question des objets sacrés en Australie. In: L'Homme, 1993, tome 33 n°125. pp. 31-65. www.persee.fr


Les Aborigènes font tournoyer les rhombes au-dessus de leur tête maintenus par une ficelle de cheveux, produisant un son caractéristique reconnu par tous comme étant le signe du déroulement d'une cérémonie.


Un exemple cité par Barbara GLOWCZEWSKI dans "Du rêve à la loi chez les Aborigènes":

Dans la mythologie masculine des Pitjantjatjara (tribu résident près d'Ayers Rock) les héroïnes Aknarintja, femmes mythiques, conçoivent sans hommes grâce au son des rhombes qu'elles détiennent.

Répartition géographique

Les rhombes sont parmi les instruments les plus vieux du monde et connus universellement chez les peuplades primitives dans leur usage rituel. (Nouvelle Guinée, Australie, Nouvelle-Zélande, Corée du Sud, Pérou, Brésil, Arizona, Groënland, Mali, Nigéria, Cameroun, Ukraine, Moravie, Suède, Danemark, Italie, Portugal, France)
carte origines rhombes

Quelques observations et considérations techniques

Comme on peut le constater en consultant ma collection illustrée plus bas, quel que soit le matériau utilisé, la forme est allongée et souvent arrondie.

La longueur peut varier de quelques centimètres à plus d'un mètre. Le rapport Longueur/Largeur peut varier de 3 à 12. L'épaisseur doit également être en relation et dépasse rarement 1 cm, même dans les modèles les plus grands (voir les descriptions dans la galerie plus bas).

La forme de l'instrument est symétrique de part et d'autre de l'axe de rotation pour ne pas perturber le mouvement.

Une cordelette est attachée au rhombe à travers un trou ou un rétrécissement à une extrémité. Elle peut être simple ou double. Ses caractéristiques (longueur, section, souplesse, élasticité) vont influer sur la vitesse de rotation de la planchette par l'intermédiaire de son vrillage. Dans certains cas, la cordelette est reliée à un bâton tenu par l'opérateur.


La fabrication d'un rhombe

Pour débuter, je vous conseille d'utiliser la forme la plus simple inspirée de la feuille de laurier (cf rhombe de Lalinde plus haut dans cette page).

-Prenez une planchette de bois blanc (pin ou  autre, récupération de palette par exemple).

-Découpez un rectangle d'environ 20 cm par 5 cm et d'une épaisseur de 0.8 à 1 cm.

-Rognez symétriquement les quatre coins.

-Arrondissez les bords dessus et dessous à la râpe puis au papier de verre.

-Percez un trou pour pouvoir passer la cordelette. Attention à ne pas fendre la planchette.

-Utilisez une cordelette de lin (ou autre mais pas trop épaisse et résistante) de 2 m dont vous réunirez les 2 extrémités après l'avoir passée dans le trou.

-Placez-vous dans un endroit dégagé pour effectuer vos essais.

-Souvent il est indispensable d'amorcer "à la main" le vrillage de la corde pour engager la rotation.

-Enfin, méfiez-vous du frottement de la cordelette sur vos doigts. Attention aux ampoules !
schema rhombe

Technique du rhombe

Deux rotations interviennent dans le tournoiement d'un rhombe :

1. Le rhombe tourne autour de son axe longitudinal grâce à la résistance de l'air sur son profil. Ce qui induit le vrillage de la cordelette. Arrivé au maximum de ce vrillage, la cordelette bloque la rotation et l'inverse. S'ensuit un dévrillage-vrillage qui fait tourner le rhombe sur lui-même dans l'autre sens jusqu'à un nouveau blocage qui le fait à nouveau tourner dans le sens précédent. C'est la caractéristique principale du son du rhombe (rotation=son, blocage=silence, rotation=son, etc.)

2. L'opérateur entretien ce processus en faisant tourner l'ensemble cordelette-rhombe sur le côté ou au-dessus de sa tête afin d'entretenir cette résistance à l'air. Il peut ainsi influer sur la vitesse de rotation qui fera varier l'intensité du son.

Suivant le sens de rotation, on peut observer que le rhombe se rapproche et s'éloigne alternativement de l'opérateur si il est tenu sur le côté, ou qu'il se soulève et s'abaisse si il est tenu au-dessus de la tête.

Anecdotes

Compositions musicales incluant un rhombe :

- Midnight Oil : "Bullroarer" dans l'album Diesel and Dust (1987)

- John Antill (compositeur australien, 1904-1986) : Corroboree (1946), suite de concert puis ballet (1950)


Idée fausse : Lorsque l'on envisage les différents usages du rhombe, il en est un qui revient très souvent : objet qui sert à communiquer sur de longues distances. L'exemple le plus populaire est celui de Crocodile Dundee II. Cette fonction, reprise allègrement sur différents sites internet (ah ! le copier-coller...) n'est attestée, à ma connaissance, par aucun ethnologue quelle que soit la partie du Monde concernée. La seule communication portée par l'audition du vrombissement caractéristique, implique qu'une cérémonie est en cours et qu'elle ne concerne que certaines catégories de personnes habilitées à y participer. Les autres doivent impérativement se tenir à l'écart.

Pas de message style morse ou nuages de fumée ! Il est d'ailleurs difficile de moduler le son émis sauf à modifier la vitesse de rotation impulsée par le bras de l'opérateur.


Précision linguistique : le mot rhombe est bien un nom masculin contrairement à ce que l'on peut lire dans de nombreux cas.

Les rhombes de ma collection

Collection personnelle constituée au fil des ans de rhombes originaux et de fac-simile fabriqués d'après des données issues de collections muséales ou de documents imprimés.

Voir aussi mes créations personnelles.

Papouasie Nouvelle-Guinée

Région : Sepik
Bois : palmier sculpté, pigments naturels
circa 1950
34.7 x 5.1 x 0.7 cm, 58 gr.

Papouasie Nouvelle-Guinée

Groupe ethnique Asmat
Bois sculpté, pigments naturels
31 x 6.5 x 1.2 cm, 55 gr.

Papouasie Nouvelle-Guinée

Groupe ethnique Asmat
Bois sculpté, pigments naturels
circa 1950
35 x 6 x 1.6 cm, 66 gr.


Aborigène d'Australie

modèle pour touristes
Bois : mulga, décoré (vue recto-verso)
31 x 3.9 x 0.65 cm, 56 gr.

Aborigène d'Australie

modèle pour touristes
Bois : mulga, décoré
33 x 6.5 x 1 cm, 88 gr.

Aborigène d'Australie

Région Groote Eyland, NT
Bois : mulga, pigments naturels (vue recto-verso)
27 x 5.6 x 0.9 cm, 70 gr.

Aborigène d'Australie

Région ?, NT
Bois : mulga, pigments naturels
circa 1940
33.5 x 4.5 x 0.95 cm, 58 gr.

Aborigène d'Australie

Région ?, NT
Bois : mulga, pigments naturels
103 x 8.5 x 1.2 cm, 331 gr.

Aborigène d'Australie

Région Désert central
Bois : mulga, gravé
43 x 7 x 1.5 cm, 212 gr

Groenland

Peuple Inuit
copie d'après fiche n°71.1934.175.49.2
(Musée du Quai Branly)
Bois : cade (genévrier)
20.7 x 4.8 x 0.8 cm, 30 gr.

Corée du Sud

utilisé par les cerf-volistes combattants
(source Ludovic Petit "Hanuman")
Lamelle de laiton travaillée en forme de tuile
9.8 x 1.5 x 0.1 cm, 7 gr.

Brésil

Région Mont Xingu
Bois décoré
33.7 x 3.3 x 0.8 cm, 26 gr.
bâton : 61.5 cm, diamètre 0.9 cm

Brésil

Région Mont Xingu, Indiens Kamayura
Bois décoré
87 x 13 x 1.4 cm, 757 gr.

Amérique du Nord

Indiens Navajos
copie
d'après Dr Washington Matthews,
dans "The Mountain Chant : a Navajo ceremony", 1888.

Bois de pin incrusté de turquoise
22.8 x 4.5 x 0.7 cm, 38 gr.

Amérique du Nord

Indiens Apaches, Arizona
copie
d'après objet n°17.2243
(Museum of Fine Art, Boston, USA)

Bois blanc décoré (vue recto-verso)
21.4 x 4 x 0.5 cm, 22gr.

Cameroun

Peuple Koma
copie d'après fiche n°71.1991.60.53
(Musée du Quai Branly)
Métal
16 x 2.3 x 0.15 cm, 41 gr.

France

Région Landes ?

copie d'après fiche n°1981.54.3 (Musée des civilisations et de la Méditerranée, Marseille)

Bois : pin

57.4 x 6.7 x 1 cm, 158 gr.

France

Région Landes, Commensacq

original fabriqué par M. Léonce Mano en 1965

copie d'après fiche n°1966.114.4.1-2 (Musée des civilisations et de la Méditerranée, Marseille)

Bois : pin

48 x 7 x 1 cm, 127 gr.
bâton : 61.5 cm, diamètre 0.9 cm

France

Région ?

copie (2 versions) d'après fiche n°1936.2079 (Musée des civilisations et de la Méditerranée, Marseille)

Bois : pin

18.7 x 3.8 x 0.8 cm, 17 gr.

18.7 x 3.8 x 0.6 cm, 15 gr. (modèle de droite)

France

Région Sud-Ouest

copie (2 exemplaires) d'après fiche n°1981.082.0002 (Musée basque et de l'histoire de Bayonne)

Bois : pin

15.9 x 6 x 0.95 cm, 37 gr.

16.4 x 6 x 0.95cm, 39 gr. (modèle de droite)